Une dyscalculie ?

Ce trouble provoque des difficultés à comprendre et à utiliser les nombres et à résoudre des problèmes
Il peut se manifester par :
– une difficulté pour lire ou écrire les nombres.
– Une difficulté pour compter oralement ou retenir les tables de multiplication.
– Un dénombrement difficile du fait de difficultés visuo-spatiales.
– Lenteur lors du calcul.
– Souvent associé à une dyslexie ou dyspraxie

Venez tester une séance de coaching pour trouver des aides au quotidien pour mieux gérer ces problématiques. 

Les troubles DYS sont des  troubles spécifiques de l’apprentissage qui  sont causés par des particularités cognitives.

En effet, le traitement de l’information fonctionne différemment chez les personnes avec DYS.

Les causes de ces particularités cognitives seraient  certains facteurs génétiques et certains facteurs prénataux précoces. Selon le Dr Catherine Billard, neuropédiatre à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre : « La grande prématurité pourrait être un facteur de dyscalculie, à deux titres. D’une part parce que la grande prématurité est un facteur de  dypraxie et que la dyspraxie est un facteur de dyscalculie et parce que la très grande prématurité est aussi un facteur de difficulté frontale qui est aussi une zone cérébrale qui joue sur le calcul. »

Si on ne peut pas modifier les causes génétiques et autres causes précoces, on peut agir dans l’environnement de la personne  pour l’aider à mieux  se comprendre et à mieux apprendre, en  aidant l’enfant à contourner certaines des difficultés.

Par exemple, la présence de difficultés scolaires et/ou comportementales d’un enfant peut être le signe d’une immaturité du système nerveux. L’origine de cette immaturité peut intervenir in utéro ou durant les premières années de vie lorsque le système nerveux se met en place rapidement.

Si les réflexes archaïques, par exemple, ne se sont pas développés ou intégrés au bon moment, de nombreuses difficultés peuvent apparaître.

Souvent, la persistance de certains réflexes archaïques empêche l’enfant d’accéder à ses capacités, bien qu’il soit très intelligent. Je travaille en séance avec un programme de mouvements visant à intégrer les réflexes qui perturbent les apprentissages.

Il ne faut pas oublier qu’une personne peut cumuler plusieurs troubles. On retrouve souvent une kyrielle de difficultés par exemple : dyslexie et dyscalculie, troubles autistiques et TDA/H, haut potentiel et dyspraxie/dysgraphie/TDAH…

 

 

 

Les précédents articles

Ma présentation vidéo pour le salon des bouts d’choux à Thionville

Video de présentation de Laurélia Steinmetz pour le salon des Bouts d'choux... lire la suite

Article du Républicain Lorrain sur ma conférence : nos enfants et les écrans

Article de Sabrina Frohnhofer paru dans le Républicain Lorrain du 27 février 2019. Nos enfants et les écrans, encadrer sans diaboliser, tel... lire la suite